TABOU. E

First Exhibition

 31th of March, 

(3-22PM)

 

SAINTES SAUVEUSES WEEKEND

Saint Sauveur,

11 Rue des Panoyaux,

75020 Paris,

France

2nd Exhibition

 21th of June, 

(10PM-6AM)

 

ESPACE LAMARCK

7 rue des Cottages, 

75018 Paris,

France

TABOU.E



Pourquoi, même adulte, le sexe féminin reste-t—il méconnu, ignoré, contourné, mystifié ; quand le pénis orne déjà l’imaginaire de l’enfance et les tables d’école au compas.


Il n’existe pas un sexe féminin, tout comme il n’existe pas une façon de vivre femme. Que ce soit dans le genre, dans la chair ou dans le psychisme, il existe tout autant de vérités qu’il existe d’âmes.


Tabou.e est un travail qui a pour objectif de mettre en lumière l’intimité des femmes à partir des usages du corps et à travers ses contrastes; entre douleur et jouissance.

 


 

Photographe et réalisatrice française, Lily Rault est diplômée de l’Université Sorbonne Paris et Aix-Marseille en Science Politique et en Psychologie.

Elle commença la photographie et la réalisation de films lorsqu’elle quitta la France pour ses longs voyages, en 2016. En 2018, alors qu'elle vit en Serbie, elle expose pour la première fois son travail sur le voyage et la jeunesse « Cool Kids Never Die » à la galerie Ostavinska, à Belgrade.

L’approche artistique de Lily est profondément liée aux émotions et à la poésie, elle est instinctive, brute. Psychologue, elle s’inspire des histoires de ceux qu’elle photographie et filme.


Elle captures des instants.


Elle captures des sensations.

Début 2019, poussée par de longues années d'introspections et de dialogues, elle se lance dans une série de photographie politique autour de la santé sexuelle des femmes nommée TABOU.E.

La presse en parle

Capture d’écran 2019-09-12 à 13.36.07.pn

" Si l'Art est Politique, alors rendons-le utile "

" Beaucoup d'entre vous m'ont demandé des informations sur mon travail photographique TABOU.E. Voici un papier rédigé par la journaliste et co-fondatrice de CHEEK Magazine Myriam Levain.

Je ne vous cache pas que ma première réaction à la lecture de l'article a été " Wow. Est-ce que je suis bien sûre d'assumer ça ".

 

Cette réaction de ma part, est la preuve même que les tabous régissent notre rapport au corps, à notre sexualité et à notre santé. Oui, vivre le corps féminin est violent et complexe, et bien qu'il puisse se vivre dans la jouissance, il se vit souvent dans la douleur. Ce que l'on tait par pudeur, éducation ou puritanisme ; car la douleur d'être femme ne doit pas déborder dans l'espace publique. Elle reste confinée aux espaces intimes liés à son statut de second sexe.

 

Ainsi, alors que les pénis ornent les tables de classe et les murs des WC depuis nos plus jeunes années, les vulves restent cachées. À la rentrée 2017, seul un manuel de SVT sur huit représente correctement le clitoris et la vulve (et c'est une première).

 

Par ailleurs, accoucher serait un des événements le plus traumatisant au niveau du corps humain. C’est ce que révèle l'étude de la scientifique Janis Miller de l’Université du Michigan, mettant également en perspective la différence de traitement médical des déchirures musculaires suite à l'accouchement comparativement à celles des athlètes de haut niveau " Si un athlète subissait le même genre de blessure interne, il serait transporté jusqu’au service d’IRM en un instant ".

 

L'éducation et l'information favorisent la disparition des tabous et permettent d'évoluer vers une société plus égalitaire rendant possible un rapport sain et direct à ce que nous sommes, et impactant nos vies de façon positive.

 

Si l'Art est Politique, alors rendons-le utile.

Lily "

  • Black Instagram Icon